Rechercher
  • E. Baqué

SPASMOPHILIE ET SOPHROLOGIE

Mis à jour : 30 juil. 2019

Spasmophilie , Comment en parler, Comment l’expliquer, Comment comprendre cet état ?

C’est un accompagnement à la préparation aux examens, concours, soutenance de mémoire….

Les parutions médicales sur ce sujet sont rares, pour la bonne et simple raison que la spasmophilie n’est pas une pathologie répertoriée dans la classification médicale.

On parlera du syndrome spasmophile : c’est un ensemble de signes qui détermine ce terme spécifiquement francophone.



La spasmophilie est un syndrome fréquent prédominant chez les femmes, et les sujets jeunes (entre 15 et 45 ans). Elle touche 12 à 20% de la population.

Les symptômes de la spasmophilie peuvent être très nombreux et concerner l’ensemble de nos systèmes physiologiques.

Signes :

Respiratoires : respiration courte, saccadée

Neuromusculaires : raideurs, contractures, crampes

Psychiques : anxiété, irritabilité, syndrôme dépressif,

Fonctionnels : fatigue, troubles digestifs, troubles de la vision….

La pratique de la sophrologie conduit la personne spasmophile vers plus de sérénité face à l’angoisse générée par les crises qui peuvent survenir à tout moment.


La sophrologie est depuis longtemps reconnue pour la gestion du stress des émotions et des angoisses.


La personne souffrant de spasmophilie pratique avec la sophrologie des exercices de respiration qui lui permette de prévenir les crises et de mieux les gérer.

Dans les relaxations dynamiques de la sophrologie, le patient spasmophile progresse dans la prise de conscience de ce qu’il vit dans son corps à travers les sensations et les perceptions sensorielles, afin de mieux anticiper et agir sur la crise.




Il travaille également son équilibre, la stabilité de la marche, la détente musculaire.




Souvent la crise de spasmophilie est annoncée par de petits signes avant-coureurs qui doivent être entendus afin de pouvoir installer les outils sophrologiques avant l’établissement de la crise spasmophile..


La sophrologie permet également de se programmer une vie plus axée sur le positif, dans la confiance et l’harmonie, ce qui agit efficacement sur l’aspect psychologique de la maladie.

La sophrologie est parfaitement adaptée à cette pathologie : la détente, la maitrise de la respiration, la dédramatisation, la prise de conscience qui conduit à la responsabilité et à l’autonomie, dans la confiance et l’estime de soi.


Un témoignage :

« Avec les exercices de respiration, de relaxation dynamique, je me sens libérée ! Je ne me souviens même plus ce qu’étaient mes crises d’angoisse ! » Je peux rester dans le métro sans me sentir oppressée »


Marylou

9 vues